Il fait partie de ces musiciens inconnus qui gagneraient à l'être. Terzb compose, enregistre et produit ses albums seul, à son rythme, chez lui, à Tourcoing. Ces temps-ci, les choses s'accélèrent. Il vient de placer un single en radio et compte trouver un producteur. Portrait.

Presse TerzbUne maison 1930, non loin de la gare de Tourcoing. Une petite rue tranquille, en retrait. Il faut d'abord monter l'escalier. L'antre est nichée à l'étage, difficile d'accès. Un home-studio concentré, quelques mètres carrés d'intimité musicale. Bienvenue chez Terzb. De son vrai nom Laurent Beganovic, l'homme écrit, compose, joue et chante ici. « J'ai tout à disposition. Guitares, basse, sono, micros, logiciels, ordinateur, logiciels... J'y passe l'essentiel de mon temps. » Sauf qu'après un an d'hibernation artistique, place aux choses sérieuses. Ses albums, Terzb veut désormais que les gens les écoutent !

Rock 70's

Cheveux longs, look « No look » : l'homme respire la musique. Mais pas question de se la jouer rockstar, l'humilité prime. à raison. « Des musiciens de qualité qui galèrent, il y en a dans toutes les villes. » Et à 38 ans, Terzb n'a pas oublié d'où il vient. « J'ai débuté le piano à neuf ans. Depuis, j'ai touché à pas mal d'instruments, on va dire... » Premiers émois musicaux sur les mélodies sixties. Biberonné aux Beatles, ça se ressent. Puis Pink Floyd, King Crimson, le rock progressif allemand, ou même italien. « Mais aussi des artistes plus grand public, comme Supertramp ou Elton John. » Sourire, pour dire qu'il s'est longtemps cherché, entre bidouillages perso et études d'ingénieur du son à l'EF2M de Tourcoing. Dorénavant, son style, c'est le rock 70's : atmosphère lourde et mélodies aériennes.

Du 10 octobre au 15 novembre, la photo-graphie sera mise à l'honneur à Armentières. En couleurs, en noir et blanc, en extérieur ou en intérieur, l'image sous toutes ses formes sera dans la place ! Mais cette année, « Photofolie » nous réserve une bien belle surprise, samedi 10 octobre : une création exceptionnelle mêlant projection de photos, effets lumineux et musique en live, sorte de « mapping » sur la façade de l’église Notre-Dame. « Nous avons toujours eu l'idée d'organiser une animation autour de ce monument sublimé par l'installation récente d'éclairages à LED », explique Jean-Michel Monpays, adjoint au Maire à l'éducation, au développement culturel, au patrimoine, à l'animation, à la vie associative et aux jumelages. Images d'archives, cartes postales et photos seront diffusées, les spots joueront leur plus beau jeu de lumières pendant que TERZB (musique électronique) et la classe de trompettes de l’École municipale de musique harmoniseront l'ensemble. Un spectacle urbain inédit et de grande qualité sur l'un des fleurons de notre patrimoine communal ! Avant cette projection, juste en face de l'église Notre-Dame, place de la République, une exposition sera consacrée à la métamorphose des lieux. Le Comité Rond-point Saint-Roch prendra part à l'événement en offrant une soupe aux visiteurs. Rendez-vous à 20h précises ! 

Des expositions étonnantes. Voilà pour le lancement de Photofolie, et plein de belles choses suivront ! Tout d'abord, il y aura l'exposition de la section photo du Club Léo-Lagrange du 10 au 18 octobre, salle Carnot, qui aura pour thème « Les métamorphoses d'Armentières ». Dans le cadre des 400 de l'EPSM, la Médiathèque accueillera également « Micro-trottoir en ville, la parole est à vous » : des habitants ont été interviewés dans la rue, on vous en livre les images. Puis, Pierre Alexandre Pheulpin installera une série de portraits dans les allées de l'ESPM pour les portes ouvertes de l'établissement.